Pourquoi Bill Gates ne tond pas la pelouse. Et moi non plus.

Bill Gates taglia l'erba

Pour être honnête à 100%, je n’ai jamais apprécié Bill Gates.

Etant un fidèle d’Apple, j’ai toujours regardé Microsoft et ce que cela représentait, avec un mélange de mépris et de dégoût.

Il est évident que ce sont des préjugés, parce que je ne connais pas vraiment Bill Gates.

Puis, par hasard, j’ai commencé à m’y intéresser et j’ai vraiment aimé son approche et quelques-unes de ses idées concernant le rôle de l’entrepreneur.

Je me souviens particulièrement d’une interview dans laquelle il lui a été demandé quel était le plus grand avantage d’être milliardaire.

Et sa réponse était simple : « Je n’ai pas à tondre la pelouse« .

Comment ? Tondre la pelouse est son plus grand avantage ? Mais tout le monde (ou presque) peut se le permettre !

Et bien sûr, immédiatement après la déclaration de Gates, il a expliqué que, en fait, tondre la pelouse est le symbole des choses « terre-à-terre » et sans importance auquel doit penser une personne qui n’a pas de ressources.

 

Selon lui, les résultats que vous obtenez – à la fois en termes de finances et de satisfaction – dépendent des problèmes que vous essayez de résoudre.

Et quand les « petites choses » sont résolues par elles-mêmes, vous pouvez évidement vous concentrer sur le principal.

Simple. Intuitif. Mais qui a rencontré TELLEMENT de résistance de la part d’un grand nombre d’entrepreneurs.

Combien de petits problèmes remplissent votre journée ?

Désormais, il s’agit de l’un des mantras qui se répètent toujours. La vie de trop d’entrepreneurs n’est rien d’autre qu’une collection de nombreuses activités à faible valeur, qui ne sont pas organisées, et qui leur remplit la tête en leur faisant perdre du temps.

Eh oui, parce que si vous ne l’avez pas encore compris, cette chose que vous faites parce qu’ »elle ne prend que 5 minutes » vous fait payer un prix BIEN PLUS IMPORTANT que ces 5 minutes.

Elle vous fait payer le fait de devoir vous forcer à garder cela en tête.

N’y avez-vous jamais pensé ?

Ce qui nous détruit en termes de capacité à produire des résultats, ce n’est pas le temps.

C’est le fait que notre attention est divisée, tous les jours, entre des milliers de futilités.

PEU IMPORTE que ça ne vous prenne que peu de temps. Si vous avez une chose à faire, elle vous hantera pour toujours, comme un fantôme dans un film d’horreur.

Et si vous pensiez à déléguer, CELA POURRAIT NE PAS FONCTIONNER. En effet, cela pourrait même vous causer encore plus de problèmes.

Je ne suis pas fou. Je continue à être « le Gars qui a écrit un livre sur la délégation et l’enseigne dans des séminaires ». Néanmoins, pour beaucoup de personnes, ce processus ne fonctionne pas car ils n’ont pas compris un concept simple que je n’ai, jusqu’à présent, expliqué que durant les workshops de SimpNess et je suis sûr que cela va complètement changer votre approche sur le sujet.

En gros, vous n’avez pas besoin de penser JUSTE à déléguer, mais aussi à « libérer la tête ».

Donc, si vous déléguez (ou essayez de le faire) mais que vous avez TOUJOURS quelque chose en tête, c’est à cause de deux petites pièces :

1) ACTIVATION. Les actes délégués sont mis en œuvre par d’autres personnes, mais doivent être lancés et activés par VOUS. C’est une petite chose qui ne vous prend que 5 secondes, mais plusieurs fois vous êtes en retard sur quelque chose parce que vous avez Oublié de le faire.

Combien de ces activités nécessitent votre activation pour commencer ? Je ne sais pas pour vous, mais, parfois, j’ai 10 choses similaires dans ma tête, telles que ; « Je dois dire à Salwa à faire X » qui m’empêchent de me concentrer sur ce qui fait vraiment grandir mon entreprise. Et vous ?

2) CONFIANCE que le résultat final a été atteint et est satisfaisant. En résumé, cela ne sert à rien d’avoir un beau système de délégation si vous devez tout contrôler. Il faut mettre en place un processus qui veille à ce que le résultat final soit suffisant et vous évite ainsi d’être tenté de tout contrôler.

Ceci est une pièce extrêmement délicate car, d’une part vous devez le faire et défier votre monstre intérieur qui vous empêche de faire confiance au travail effectué par d’autres, et d’autre part, vous devez créer des systèmes qui réduisent au minimum la possibilité d’une erreur, mais ne pas devoir les contrôler vous-même.

Et pour ce faire, vous ne devez pas avoir peur de gaspiller les ressources.

Dernièrement, j’ai mis en place un contrôle triple du manuel reprenant les notes des formations. En effet, TROIS personnes doivent vérifier et contrôler qu’il n’y a pas de coquilles ou d’erreurs (et bien, et malgré tout ça, il y a encore quelques-unes). Et mon but est DE NE MÊME PLUS CONNAÎTRE l’état d’avancement de la rédaction du manuel. Je veux que tout soit fait sans même devoir le vérifier.

À CHAQUE FOIS que je m’en mêle, je provoque des retards (aucun arrêt si durant 2 semaines, je ne réponds pas, puisque dans tous les cas, ce sont eux les patrons et je dis simplement : « Je ne peux pas en ce moment » sans aucune opposition), mon stress ne génère aucun changement éditorial digne, qui nécessite mon implication et mon temps.

J’ai donc décidé de me retirer de ce processus.

Aussi parce que mon travail au niveau de SimpNess consiste à :

  • Travailler avec les clients qui achètent mes services de consulting.
  • Rédiger et créer du contenu.
  • Créer des programmes de workshops et de formations.
  • Innovation (à traduire en : inventer de nouvelles choses).

Tout le reste, je l’évite. Et en effet, j’essaie toujours de mieux organiser ma vie et à investir dans ce sens.

Et dans votre entreprise ? Quelles sont les activités qui génèrent VRAIMENT de la valeur et des revenus ? Lesquelles, si vous aviez le temps, vous permettront de faire croître votre entreprise de façon exponentielle ?

Comme je le répète toujours, CELLE-CI devrait être la priorité.

La plupart des entrepreneurs pensent autrement.

D’ABORD, vous allez au bureau.

PUIS, vous travaillez toute la journée dans votre société.

PUIS, dans la soirée, vous craquez car vous êtes fatigué, détruit, et si vous avez le temps … vous pensez à faire du marketing, des analyses et de l’innovation.

Maintenant, si vous faites cela, vous avez déjà 10 longueurs d’avance sur la plupart des entrepreneurs qui n’ont pas cette prise de conscience. Alors, bravo et félicitations !

L’étape suivante consiste à COMMENCER votre journée par ce que vous faites habituellement durant la soirée.

Comment ? Ne pas ouvrir la porte ? Ne pas vous occuper de vos clients ? Ne pas répondre au mail de l’expert-comptable ?

Bien sûr que non.

Ce que vous avez besoin de faire est de mettre en place une meilleure méthode. Ceci vous permettra de vous concentrer sur les activités qui font croître votre entreprise, sans craindre d’imploser à tout moment.

Et voilà pourquoi vous devez penser à acheter du temps pour vous. Et investir dans des « actions » qui produisent un résultat supérieur à ce que vous payez pour gagner ce temps.

Certaines personnes utilisent leur temps pour gagner de l’argent. Très bien.

Mais quand vous êtes un entrepreneur, vous devez faire un effort différent :

Vous devez utiliser l’argent pour gagner du temps.

Parce que le temps que vous passez sur les activités clés pour développer votre entreprise, vous permet d’acheter le reste.

Voici un exemple d’ »utilisation de l’argent pour gagner du temps ».

Pendant que je vous écris, je voyage en classe affaires que j’ai pris en photo afin de vous permettre de mieux comprendre ceci :

Postazione di lavoro

6 Heures de vol (3 h à l’aller et 3 h au retour) coûtent environ 1100€ contre 250€ pour un billet en classe économique. Malgré ces 850€ supplémentaires, je l’ai pourtant acheté pour ces raisons :

  • Enregistrement en 20 minutes au lieu d’une heure à l’aller (et comptez 80 minutes pour le retour) ;
  • Les bagages arrivent en priorité (cela épargne au moins une demi-heure à l’aller et au retour) ;
  • Aucune queue pour embarquer dans l’avion, la sécurité, … etc. (au moins une heure à l’aller et au retour) ;
  • La possibilité d’attendre le vol dans le salon et pouvoir travailler tranquillement (3 heures) ;
  • Bénéficier d’un vrai « poste de travail » pendant les 6 heures du voyage, ce qui me permet d’écrire cet article en étant relax, sans entendre de cris.

Pourrais-je travailler même dans des conditions moins confortables ? Bien sûr que oui. Nos grands-parents l’ont fait. Ils avaient la culture du travail.

Mais la mentalité de nos grands-parents et de nos parents consistait, dans certains cas, à épargner à tout prix.

Tandis que la mentalité de ma génération privilégie plutôt les petits même si vous n’en avez pas vraiment les moyens.

Je proposerai une troisième voie. DÉPENSEZ pour vous acheter LE TEMPS. Et utilisez-le pour faire ce qui compte vraiment pour votre entreprise.

En d’autres termes, cela signifie :

  1. Rendez votre vie CONFORTABLE. Prenez celui qui tond la pelouse. Jusqu’à ce que vous le payiez MOINS que ce que vous gagnez, cela représente un choix financièrement rationnel (et – bien sûr – c’est aussi plus fun) parce que vous pouvez utiliser le temps libre pour générer plus devaleur.Bien sûr, cela suppose que vous utilisez ce temps pour générer de la valeur et non pas pour jouer à la Playstation ou regarder la télé.

Ma femme a toujours toléré le fait que je dépense de l’argent pour voyager, mais elle n’a jamais cru à « mon histoire de classe affaires pour être plus productif ». Elle disait plutôt : « ok, je veux bien qu’on en profite, mais ne rationalise pas ce voyage en classe affaires en le faisant ressembler à un investissement » 😀

Jusqu’au jour où elle m’a vu écrire toutes les diapositives de la présentation de ma formation de 3 jours pendant un vol de trois heures. En enlevant le temps du décollage, du déjeuner et de l’atterrissage, il ne restait réellement que deux heures. Depuis, elle pense toujours que je suis obsédé – vous n’avez aucune chance avec votre femme, vous le savez – mais elle tolère mieux 😀

  1. INVESTISSEZ DANS VOS COLLABORATEURS. Même si vous avez l’impression de trop dépenser à payer leurs salaires. Au cours des 12 derniers mois je suis passé de 2 à 11 personnes qui travaillent avec moi au niveau de SimpNess (4 en Italie, 3 en Espagne, 1 aux Philippines, 2 en République Tchèque, 1 au Maroc).

Lorsque je pense aux salaires que j’ai payés, je me sens mal mais … vous savez quoi ? De Janvier à Mars 2017, nous avons lancé plusieurs projets qui ont été produits tout au long de 2016. Le mérite revient à LEUR TRAVAIL car ils m’ont épargné des activités embêtantes. Et AU MIEN parce que j’ai pu consacrer du temps au projet que j’avais en tête depuis des mois.

  1. Supprimez tous les points d’activation qui dépendent de vous. SI une activité de l’entreprise dépend de vous pour commencer … CE N’EST PAS BON. Vous devez, autant que possible, tout rendre automatique et les retirer définitivement de votre tête.
  2. CRÉER UN SYSTÊME qui va générer la confiance dans les résultats de votre équipe et qui ne dépend pas de vous. Bien qu’ils aient besoin de 10 contrôles croisés et répétitifs. Même s’il leur faut 10 fois plus de temps que vous. Leurs temps coûtent nettement moins que le vôtre. Mais vous devez complètement éliminer de votre tête le doute que certaines parties ne soient pas faites, ou mal faites.

Et si le point 1 est le point de départ, mais aussi d’une certaine manière, un point d’arrivée … il est aussi vrai que cela n’a aucun sens de le mettre en pratique sans les points 2, 3 et 4.

Parce que vous pouvez vous permettre le luxe de vous concentrer uniquement sur les activités qui comptent uniquement lorsque tout le reste fonctionne. Et cela ne se produit pas par hasard, mais est la conséquence d’une méthodologie précise.

Voilà ce que nous vous enseignons de manière détaillée dans le workshop SimpNess !

Découvrez les nouvelles dates et inscrivez-vous ici, je serai heureux de vous guider à travers cette transformation.

https://simpness.fr/formation-simpness

 

 

Piernicola De Maria

Entrepreneur, Auteur, Business Coach 

Et Créateur de la Méthode SimpNess

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *